L’ANI : un accord peut-être, mais pas n’importe lequel !

L’Accord National Interprofessionnel sur la sécurisation de l’emploi a été signé par quelques syndicats et refusé par d’autres.

ANI C'est le meurtre du code du travailPourquoi ne pas signer cet accord ? 

Il est contraire aux intérêts des salariés et trop favorable aux employeurs. En particulier parce qu’il parle un peu trop souvent de licenciements facilités et sans véritable recours… D’ailleurs on parle d’ANI et pas d’ANISE : la Sécurisation de l’Emploi a disparu de l’acronyme !
Sachez que dans certains cas, les accords d’entreprises surpassent le droit du travail, accords signés par les syndicats à la majorité.  Il est d’autant plus important de bien réfléchir pour qui vous allez voter aux élections car ce seront les élus qui feront la loi, prérogative réservée habituellement aux députés.

De plus, certains articles de cet accord sont contraires aux textes internationaux, que la France a ratifié – comme, par exemple, la convention 158 de l’Organisation Internationale du Travail *. L’ État Français renie donc sa signature.
* OIT – C0158-4 : prévoit « qu’un travailleur ne peut être licencié sans qu’il existe un motif valable de licenciement lié à l’aptitude ou à la conduite du travailleur, ou fondé sur les nécessités du fonctionnement de l’entreprise, de l’établissement ou du service ».

ani-infog-small

L’ANI illustrée

Alors, doit-on accepter l’ANI tel que ? La CGT s’y refuse.
Pour savoir ce qui vous attend peut-être demain, pensez à vous informer grâce aux blogs et études disponibles sur le net.

Voici notre sélection :

Publicités

LFAC – Generali prépare déjà une autre entourloupe avec… la Cosevad

cdc news mai 2013

Téléchargez CdC-news de mai 2013

Les licenciements continuent

Les chiffres sont inquiétants :
– 11 CdC ont été licenciés en 2012
– 8 CdC ont été licenciés entre le 1er janvier 2013 et le 31 mars 2013

Vous en saurez plus en lisant le tract CdC news de mai.